A Propos de Saint Simon

Histoire 

L'église fortifiée entourée d'un mur d'enceinte percé de meurtrières font penser que ce site était riche au Moyen Age.
La paroisse de Saint Simon, une chapelle construite vers 392, si on en croit les écrits locaux, a été donnée aux bénédictins de Mézin.
La construction de l'église, commencée à la fin du XIème siècle a été vraisemblablement terminée dans la 1ère moitié du XIIème, comme en témoignent les 2 chapiteaux des colonnes de la nef. Le village appartenait vraisemblablement à cette date aux templiers.
En 1245 les habitants doivent se soumettre au roi de France mais ils désobéissent et reçoivent l'aide du roi d'Angleterre (acte signé à Westminster en juin 1285) avant de se soumettre en 1317 à la juridiction épiscopale de Condom.

L'église a été rehaussée, une salle haute de défense a été aménagée et un bâtiment ajouté dans sa partie sud dans la première moitié du XIVème siècle. Les archères en croix pattée datent de cette époque.
A la fin du XVème ou au début du XVIème siècle, un corps de logis, avec tour d'escalier (demi hors oeuvre), ouvrant par des portes à linteaux en accolade a été ajouté au sud (le portail ouest est lui plus récent).
En 1510, l'évêque Jean De Marre fait restaurer l'église et construire le mur de défense (avec des meurtrières) qui entoure encore aujourd'hui le cimetière.
La chapelle voûtée d'ogives au sud du chœur et la sacristie ont été édifiées par Bernard de Guillaume, maçon, en 1546.
En 1569, alors que l'église de Mézin est détruite lors des guerres de religion, Saint Simon, bien fortifiée a résisté.
La voûte de la chapelle et les peintures datent de 1823.
                                                                                                                         Une voûte en brique a été construite sur la nef en 1905 par Courau, architecte à Agen .

En 1951 l'église paroissiale de Saint Simon est inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Le projet de restauration

La municipalité de Saint Pé Saint Simon décide dès 2014 de faire une étude chiffrée pour faire restaurer Saint Simon, l'état du bâtiment étant fort médiocre. La maçonnerie de l'église et du mur d'enceinte sont fortement dégradés. L'état des peintures murales est jugé «complexe» en raison de nombreux «repeints» et de l'état sanitaire de l'édifice. Il est difficile d'accéder à la tour et la toiture doit être refaite.
Cette restauration ne pourra être que partielle : les expertises et devis concernent la toiture et la tour  dans un premier temps.
En mars 2016  la DRAC a décidé de faire faire une expertise des fresques pour les dater et savoir si elles méritent d'être répertoriées ; c'est seulement à l'issue de cette procédure que la restauration de l'édifice par la commune pourra commencer à proprement parler. 

Le rôle de "APRES"

Parallelement à la restauration de l'église, l'architecte de la DRAC, autorise l 'association « APRES » à s'occuper de la restauration du mur d'enceinte. Le rôle de "APRES" est 

  •  d'organiser des chantiers pour consolider le mur d'enceinte en prenant conseil auprès d'un professionnel et en respectant les matériaux et techniques utilisés autrefois.
  •  de nettoyer et désherber le site
  •  d'abaisser le niveau de terre qui peu à peu a enterré la partie basse du mur d'enceinte